Pourquoi opter pour le viager lors de la vente d'une maison à Toulouse ?

Partager sur :

Lorsqu’on avance en âge et qu’on n’a pas d’héritiers à qui léguer sa maison, il est possible de procéder à une vente en viager. Voici en quoi cela consiste. 

La vente en viager, c’est quoi ?

Il s’agit d’une technique de vente assez particulière puisqu’à la signature du contrat, le vendeur ne touche qu’une partie du prix du bien, entre 25 et 40 % de sa valeur vénale. Il s’agit du bouquet. Le reste est ensuite versé sous forme de rentes, mensuelles ou trimestrielles. Le plus intéressant lorsqu’on opte pour cette procédure c’est que le vendeur perçoit des rentes jusqu’à la fin de sa vie. La principale différence entre le viager et la vente immobilière classique concerne le mode de paiement. 

Quels sont les risques du viager ?

Sur un contrat de vente en viager, le vendeur est appelé crédirentier, et l’acheteur le débirentier. Chacun y trouve des avantages, mais les deux sont aussi exposés à quelques risques. 

Si le vendeur venait à décéder trop tôt, quelques mois après la signature du contrat, le débirentier devient propriétaire du bien même s’il n’a payé qu’une petite partie de la valeur vénale de la maison. 

Si le vendeur vit au-delà de l’espérance de vie estimée en amont, l’acheteur acquiert le bien à un prix plus élevé que la valeur vénale puisqu’il doit continuer de verser les rentes jusqu’au décès du crédirentier. 

Quels sont les avantages du viager ?

Lorsque la vente d’une maison à Toulouse se fait par le biais d’un viager, le vendeur bénéficie d’un premier capital à réinvestir, de rentes régulières pour compléter ses revenus mensuels et peut continuer de vivre au sein du logement s’il opte pour un viager occupé. 

Pour l’acheteur, c’est un moyen de bénéficier d’une facilité de paiement pour devenir propriétaire. En cas de viager libre, il peut mettre le bien à louer pour pouvoir payer les rentes avec les loyers perçus.